Test : Sony ECM ALST1 vs ATR 3350 sur Sony NEX7

PHOTOtestMicro

Ayant récemment acquis un hybride Sony NEX 7, j’ai voulu essayé différentes configurations de prise de son. Le but du jeu, essayer de comparer l’enregistrement du son interne avec des solutions à budget limité. Pour le coup, j’ai testé le micro constructeur Sony ECM ALST1, spécialement conçu pour la Nex 7 et micro cravate filaire, l’ATR 3350.

Le son sur la Nex 7

Comme tous les appareils photo/vidéo, la Nex 7 possède un micro intégré. Et comme à chaque fois, ce dernier n’est pas extraordinaire et ne permet d’enregistrer qu’un son témoin. Toutefois, sans gros fond ambiant et avec une source claire, il pourra dépanner. Attention au bruits éventuels de manipulation du boîtier : zoom, mise au point…Tous les réglages automatiques de votre appareil émettent un léger son qui seront enregistré !

La Nex 7 est l’unique boîtier de sa gamme à disposer d’une entrée mini-jack. Autant s’en servir !

Le Sony ECM ALST1

C’est le micro directif développé par Sony pour le NEX 7 et les alphas. Son avantage, une compacité certaine et un poids léger. On le trouve autour de 150 € neuf. 2 réglages sont disponibles sur ce micro qui concernent la directivité, à savoir un angle de prise de son de 90°, ou de 120°. En règle général, on privilégiera la première option. Les 120° seront réservés si la source sonore est large et trés proche (un orchestre symphonique à 3m ?).

L’Audio Technica ATR3350

Presque un jouet, ce micro cravate filaire coûte la bagatelle de 30€. Pour ce budget, on arrive à isoler une voix dans un bruit ambiant. Pas mal donc pour un interview sans se ruiner.

Limites et remarques

  • L’idée est de récupérer un son de meilleure qualité que le son interne qui pourra être facilement pollué. Avec un micro à 30€, on aura pas une voix super claire, mais le but n’est pas d’obtenir une qualité broadcast. Comme souvent, pour avoir une bonne qualité, il faudra mettre le prix !
  • D’autres marques sont à remarquer comme Rode et sa gamme dédiée aux DSLR. Pour ma part, j’ai privilégié le Sony pour sa compacité. Un des arguments du Nex étant sa taille, je ne voulais pas y rajouter un micro de 15 cm dessus.
  • Pour réellement améliorer vos prises de son, il faudra passer par un enregistrement externe (type Zoom ou Tascam…). Il s’agit d’une configuration différente au tournage, avec une prise de son plus adapté à la source. En postproduction, il faudra resynchroniser les fichiers audios avec la vidéo.
  • Même en ayant une entrée mini-Jack sur le boîtier, le Nex 7 est loin du compte en matière de son. Il lui manque essentiellement du monitoring audo, que ce soit par une prise casque ou par un affichage type vu-mètre pour contrôler les niveaux. De même, aucun réglage de gain ne sont possible à l’enregistrement. Faites confiance à votre micro !
  • Une dernière chose enfin, attention lorsque vous branchez un micro externe via le mini-jack du nex 7. A partir du moment où le câble est branché, vous coupez le micro interne. Donc pensez à vérifier que votre micro externe est bien allumé sinon c’est 0 son à l’arrivée ! Pensez donc piles neuves !

Le test

Rien de trés scientifique ! Juste quelques prises de son pour évaluer les différentes configurations. J’ai choisi un environnement un peu bruyant (ma clio sur l’autoroute !). Je parle à environ 1m50 de la caméra.

En espérant que ces petits tests vous aient aidé. Pour ma part, je suis assez content de l’ensemble des micros. Il faudra être vigilant d’être bien en face de sa source pour éviter les déphasages (quand je tourne la tête par exemple).

Un autre test a été fait en condition « reportage » avec le Sony ECM ALST1 sur le boîtier et un commentaire (soyez indulgent) enregistré avec l’ATR3350. A voir sur ce post !

Leave a Reply