ITV : Jérôme, JRI, (1/2)

portrait de Jerome, JRI

Filmer pour montrer et témoigner. Filmer en terrain inconnu, à la découverte d’autres personnes, d’autres pays, d’autres modes de vie. J’ai demandé à Jérôme de me raconter son métier : JRI.

En quoi consiste ton métier ?

Jérôme : Le Journaliste Reporter d’Images, c’est un journaliste avant tout polyvalent qui raconte par l’image et par les mots, il est capable de produire un sujet seul, caler en amont des interviews, tourner, puis écrire, monter et mixer. Il faut donc savoir gérer la technique ET l’éditorial et ne pas se disperser. La technique c’est aussi savoir envoyer des images ou des sujets au plus vite via satellite sur des évènements NEWS.

Quel est ton parcours professionnel ?

Un peu atypique, à l’origine j’ai fait une école de commerce ! Mais j’ai toujours voulu voyager et découvrir le monde alors j’ai très vite laissé tomber le marketing pour dans un premier temps bosser dans le journalisme spécialisé sur les pays en voie de développement (industries pétrolières, télécom, banques, tourisme etc….) j’ai beaucoup voyagé en Afrique, Moyen Orient…. idéal pour rencontrer des gens et m’adonner à une passion, la photographie. Au bout de quelques années, j’ai voulu partager tout cela en faisant du reportage.

Repris mes études et étudié un Master en Journalisme à la City University de Londres. Je suis revenu en France pour me baser à Paris, en 2006, sans connaître personne. Ca a été très dur… Et de piges en piges, le réseau se tisse, jusqu’à France 24 pendant 4 ans et I télé depuis septembre 2011. Comme quoi il ne faut jamais désespérer.

En pratique

Une des contraintes du JRI, le poids du matériel. Comme la plupart des rédactions, Jérôme utilise une petite caméra Panasonic P2, enregistrant sur des cartes. Un flux de production allégé pour être plus à l’aise en tournage.

Jérôme : Le matériel est fragile, il faut en prendre soin, ne pas oublier des sacs étanches, des chiffons pour la poussière, l’eau…un parapluie aussi pour le soleil peut être très utile !

Attention aussi à la connectique, ne rangez pas les câbles n’importe comment !

Mais le travail du JRI n’est pas que de ramener des images. Journaliste, il doit rendre compte de ce qu’il voit. Son tournage se prépare avec minutie tout en tenant compte des impératifs d’une chaîne TV.

Jérôme : Un tournage doit se faire le plus vite possible pour une chaine d’actu, plus long pour du MAG mais dans tous les cas il faut bien le préparer, l’anticiper, caler des ITWS, penser des séquences, écrire un synopsis… et laisser ensuite faire ce que j’appelle « la magie du terrain » car lors d’un tournage il se passe toujours quelque chose (à condition aussi d’avoir de la chance mais parfois la chance se provoque)…

Avant de tourner il est impératif d’avoir un script séquentiel (qui on filme, où et quand.. et comment!)… Une pré écriture qui permet de savoir exactement ce qu’on veut faire et sous quel angle. Pas d’angle, pas de séquences pensées en amont = un mauvais tournage ! Bref, on ne part pas à l’improviste, même si comme je le disais plus haut, l’inconnu existe, les surprises aussi, bonnes ou mauvaises ! Alors mieux on est préparé, mieux on évite les mauvaises surprises.

Un JRI peut aussi travailler en équipe, notamment sur des tournages plus compliqués ou dangereux…

Filmer pour raconter, le « langage de l’image »

Varier ses plans, filmer des plans raccord, penser au montage…Filmer sur le terrain implique rigueur et organisation. On ne va pas refaire 3000 Km pour tourner un plan large oublié sur place.

Jérôme : Il faut varier les plans (serré, moyen, et large pour situer où la séquence se passe). Quand on débute, toujours penser « mes trois plans » (de loin, mi loin et de près !). Penser au raccord aussi pour le montage… Si on filme un pompier en action, c’est bien aussi de le voir monter dans son camion !

Il faut savoir doser le tournage. Par exemple un sujet type news de 1’30, qui se compose de 2 voir 3 itws de 10-15 secondes plus un commentaire sur image, c’est pas plus de 30mn de rush. !

Un bon JRI doit savoir tourner efficace ! Trop de rush = long dérushage = galère au montage !

Leave a Reply