7 conseils pour filmer en toute sécurité

Securite

 Vol, agression, sécurité…La France a peur !

Alors quoi ? Faire de la vidéo est-il dangereux ? Bien sûr, quand on filme des coupeurs de tête dans leur cuisine sans y être invité. Ou encore lorsque l’on souhaite immortaliser la course d’un rhinocéros chargeant droit sur l’objectif. Mais je vais surtout vous  parler de la façon de sécuriser ses séquences et son matériel.

1-Sécuriser ses enregistrements

Cela veut dire, être sûr que l’on pourra enregistrer correctement une séquence à ne pas manquer.D’abord, le matériel doit être prêt. La batterie est chargée et en place, la carte SD non verrouillée avec encore de la place dessus. Attention au petit oubli de dernière minute ! (à lire, l’article sur la check-list ). Ensuite, filmez la séquence en 3 plans, du plus large au plus serré, pour avoir d’abord l’essentiel, puis les détails (à lire également : le tournage par séquence).

 

2-Soyez vigilant avec le son.

Souvent, on a tendance à enregistrer sans y prendre garde. Mais un mauvais enregistrement sonore peut gâcher une vidéo, surtout si l’ambiance état intéressante (chant, discours, ou simple bruissement des feuilles). Tourner avec un casque permet de vérifier que le son est bon. Des écouteurs peuvent faire l’affaire si le volume est fort. Affichez également le vu-mètre  ce diagramme qui module selon le niveau du son. Attention au vent et aux bruits de micro. Le piège, c’est le pare-soleil qui se balance et tape sur le caméscope !

 

3-Sécuriser ses médias

Verrouillez votre carte SD aprés utilisation

Verrouillez votre carte SD aprés utilisation.

Lorsque votre carte SD est pleine, protégez- la en écriture (la petite tirette sur le bord). Vous ne pourrez pas effacer les données sans un message d’erreur. Tous vos supports d’enregistrement sont fragiles. Même les cartes SD. Évitez-leur des variations élevées de températures, l’humidité bien sûr et la poussière. Attention également aux champs magnétiques puissants. Une attention particulière doit être portée à vos disques durs. On a tous une histoire de disque qui nous ont lâchés entre les mains. Ne les goinfrez pas de données : maximum 80% de leur capacité.

 

Attention aux températures extrêmes et aux champs magnétiques...En gros, vos médias n'ont rien à faire dans une cuisine...

Attention aux températures extrêmes et aux champs magnétiques…En gros, vos médias n’ont rien à faire dans une cuisine…

4-Se prémunir contre le vol

Tout matériel électronique peut faire l’objet de convoitise. Et cela est vrai quelque soit l’endroit où vous emporterez votre appareil et ses accessoires. Ne les laissez pas sans surveillance à la vue de tout le monde. N’exhibez pas non plus votre dernier Canon 5D, en pleine nuit, dans une ruelle pas super niveau ambiance… Du bon sens en fait !

 

5-Attention à la casse !

C’est, avec le vol, ce qui peut arriver de pire à votre matériel. Pendant vos déplacements, rangez vos appareils dans les étuis et des sacs photos prévus à cet effet. Sinon, un sac avec des renforts sur le côté et le fond peut faire l’affaire. L’option chaussette marche pas mal.

La casse peut également survenir pendant l’utilisation du matos. Attention aux objectifs, ils se rayent facilement. Ajoutez leur un filtre neutre. Ce n’est pas cher et il vous protégera des rayures et des saletés. Après, cela va dépendre de votre faculté naturelle à faire tomber les objets…Le trépied qui bascule avec la caméra au bout…l’appareil photo autour du coup qui se balance dés que vous vous penchez…et la chute…simple…radicale…sournoise.

 

6-Se sécuriser contre les agressions

Certaines personnes, ou certains peuples refusent d’être filmés. Que ce soit par timidité, par croyances, ou par discrétion, il est important de respecter leur intimité. Face à ce rejet, n’insistez surtout pas. Personne ne souhaite être filmé contre son gré. Certaines réactions peuvent même être violentes. Dans ce cas, on range son matériel, on s’excuse si besoin, et on continue son chemin !

Ne provoquez pas non plus des situations qui pourraient vous mettre en danger. Vous n’êtes pas reporter en plein enquête. Inutile d’aller chercher à filmer le trafic de drogue dans les recoins du port !

 

7-Eviter les accidents

Notre champ de vision, quand on a l’œil dans le viseur est très réduit. Il correspond pratiquement à votre cadre de la caméra. Difficile de savoir ce qui se passe derrière vous, ou même où vous mettez les pieds. Concentré sur votre enregistrement, vous êtes moins réceptif à votre environnement.

Attention à votre environnement. Le nez derrière la caméra, ml'attention n'est plus la même.

Attention à votre environnement. Le nez derrière la caméra, l’attention n’est plus la même.

Avant de commencer à tourner, assurez vous bien que vous n’encourrez aucun danger : route, lieu de fort passage, sol avec des trous, relief difficile…Gardez une oreille attentive à ce qui se passe autour et levez la tête si besoin.

Selon la focale que vous utilisez, les perspectives sont différentes. Ce que vous filmez est en réalité beaucoup plus prés que ce que vous voyez dans le viseur. C’est le cas du photographe sur le tour de France (oui…celui avec les vélos). Soyez vigilant !

 

 

Après avoir dis tout ça, un dernier conseil :

Ne filmez pas un rhinocéros qui charge face à vous….Préférez un bon plan de profil de la bestiole. De profil…c’est joli aussi !

 

  1. RicharRichar06-02-2013

    Bonjour,

    merci pour ce récapitulatif de ce qu’il faut faire lorsqu’on filme en extérieur où tout peut arriver.

    Moi-même ayant un matériel digne de ce nom pour mon travail d’enquêteur, j’avoue ne pas avoir pensé à tout à mes débuts et il faut savoir que les accidents sont très vites arrivés, surtout les plus « bêtes ».

    Ainsi, si j’étais tombé sur votre article auparavant, cela m’aurait surement permis d’économiser un paquet d’argent.

    Bref, je partage et je RT ! 😉

    • RomainRomain06-02-2013

      Merci pour vos partages. Bonne continuation !

Leave a Reply